RELAIS CULTUREL PIERRE SCHIELÉ ● 51 rue Kléber – 68800 Thann [FR] ● Tél : +33 (0)3 89 37 92 52

Programme

Accueil»ARCHIVES»L’AVARE : un portrait de famille…

L’AVARE : un portrait de famille…

THÉÂTRE – CRÉATION

ACHETER

ZOOM

Crée en 2012, l’ensemble epik hotel rassemble de jeunes artistes francoallemands souhaitant se confronter à « l’ouverture européenne » à laquelle leur génération a été promise. Dirigé par Catherine Umbdenstock, metteure en scène française formée à Berlin, l’ensemble s’est installé en Alsace, à la croisée des chemins, et travaille à la construction d’un vaste projet : celui d’un langage théâtral commun, sautefrontières et défiant le climat actuel de crise. PeterLicht est ici présenté pour la première fois en France.

MER 26 MARS, 20H30

Cie ensemble epik hotel | De PeterLicht, d’après Molière | Traduction : Katia Flouest-Sell | Mise en scène : Catherine Umbdenstock | Dramaturgie : Karin Riegler | Scénographie et costumes : Claire Schirck et Elisabeth Weiß | Création musicale : Nn | Création lumière et vidéo : Manon Lauriol | Régie générale et son : Frédéric Hug | Administration : Marion Schmitt | Avec : Nathalie Bourg, Chloé Catrin, Clément Clavel, Charlotte Krenz, Lucas Partensky, Claire Rappin

Le conflit des générations n’est pas une invention de nos sociétés modernes : Molière déjà, sait qu’il repose sur l’argent. Son « avare » d’Harpagon est entouré de jeunes gens qui souhaitent sa mort, pour profiter de son héritage. PeterLicht, auteur et musicien allemand, se sert du texte de Molière comme d’un motif sur lequel construire sa variation, son regard sur une société où opulence et jeunesse sont un idéal de vie.

Dans cette réécriture musicale autant que radicale, l’action se situe dans « un pays où il y a beaucoup trop de tout, mais de façon inégalement répartie ». Les vieux possèdent l’argent et les jeunes veulent l’avoir. L’angle d’attaque adopté y est résolument contemporain : les enfants d’Harpagon baignent dans l’idée que la fortune fait le bonheur et que la consommation fait l’Homme. Le capital paternel doit leur revenir de droit. Mais au lieu de s’insurger, ils attendent. Pas de révolte en vue. C’est la tragique histoire d’une jeunesse occidentale engluée dans l’expectative de pouvoir consommer.

Création française par l’ensemble epik hotel (Strasbourg / Berlin). Avec le soutien de la maison d’éditions schaefersphilippen ™ Theater und Medien GbR, Cologne. Production : epik hotel / Coproduction : La Filature, Scène nationale de Mulhouse. Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la communication – DRAC Alsace, de l’Agence Culturelle d’Alsace, des TAPS, du Relais culturel de Wissembourg, de HfS Ernst Busch – Berlin et de l’OFAJ. Création au TAPS – Strasbourg, Mars 2014.

Image : © Romain Stroh

REGIONALES_25_ans

Mot-clés : ,